vendredi 5 décembre 2014

La campagne digitale : #100DHpouraider est une fierté pour la #Twittoma

Face à l'ampleur du drame causé par les inondations surtout dans le sud du Maroc, la   a lancé un appel de solidarité aux internautes marocains pour venir en aide aux régions sinistrés.
Dans nos habitudes" jar mataydouzch jaro ", telles qu'ils soient les circonstances; les voisins entre eux reflètent cette belle image de soutien et de solidarité. De nos jours le principe est le même, seul le moyen change. La toile marocaine s'est mobilisée à travers l'opération     afin de collecter les dons pour les victimes . Grand succès à moins de 24 heures la somme de 100 000 DH a été dépassée.
Dans le cadre de l'initiative plusieurs entreprises ont contribué au site : http://www.cotizi.com dont meditel a fait parler d'elle en faisant un don de 45 000 DH, La Fondation ADDOUHA a fait un don de 80 000 DH, le groupe Managem afait un don de 60 000 DH , le groupe Saham a fait un don de 100 000 DH, Ciment de l'Atlas a fait un don de 45 000 DH A l'écriture de ce billet la contribution de  CIMAT a été revue à la hausse ...400 000 DH d’après notre initiateur Marouane Harmach.
L' opération sera prolongée jusqu'au dimanche à minuit afin de permettre à tous de contribuer, et peut être financer un quatrième voire un cinquième convoie de la Banque Alimentaire pour les populations touchées par les inondations.

L'internet est sans aucun doute le média le le plus puissant qui existe, mais l'action que nous menons tous avec amour demeure la plus réussie puisque d'un clic la communauté du web marocain, dont je suis fière d'appartenir, a suscité tout le respect pour s'engager à rendre le sourire aux enfants et essuyer les larmes des femmes , à votre tour rejoignez-nous à ce site:  c'est facile et cela peut rapporter gros, la générosité ne se donne pas, cela se sent. Les attentes sont grandes mais  ce geste est une valeur humaine qui n'a pas de prix.

Le malheur des inondations au Maroc


Au lieu que son cœur soit inondé de joie et de rire dans cette fête de mariage , c'est son corps qui a été submergé d'eau de l' oued, cette nuit du samedi 22 novembre dans la région de Guelmim au sud du Maroc.



L'image est choquante ! transporter cette femme, laissant échapper son caftan de Sari argenté en bleu. Elle se préparait, elle et sa famille de 18 personnes pour assister à la cérémonie du mariage qui hélas se transforme en deuil. Noyés, emportés dans leur minibus  par le torrent.  Tous, ils  ont péri dans ce drame sans précédent.
Les pluies diluviennes , les fleuves ont atteint  des niveau records, et les cours d'eaux dans leur passages balayaient tout : êtres humains, voitures, camions, arbres, maison, animaux, ponts...Le sud est déclaré zone sinistrée.

mardi 2 décembre 2014

Amina slaoui a le grand mérite du prix Takreem

La cérémonie du prix Takreem est une exception cette année puisque non seulement, elle s'est déroulée au Maroc, à Marrakech, mais c'était le mérite du prix et  du talent marocain en la personne de Amina Slaoui dans la catégorie de Philanthropie et actes sociaux . C'était émouvant lorsqu'elle entre sur scène en fauteuil roulant  et en anglais, elle   prend la parole  avec enthousiasme pour partager son expérience, tout le monde s'est mis debout par respect et admiration pour son exceptionnel parcours.
Effectivement, c'est une femme qui a fait de son handicap, une raison de vivre. Elle milite depuis plus de  20 ans pour le respect des droits de handicapés. En 1992, en passant  ses vacances avec son mari  au Costa Rica, elle a eu un accident de vélo qui l'a rendu paraplégique. Lorsqu'elle rentre au Maroc après plusieurs mois de rééducation à l'étranger elle ne voit pas son handicap comme une fatalité au contraire, elle le voit comme un engagement  pour changer la mentalité qui marginalise cette couche sociale. 
En intégrant l'association " L'Amicale Marocaine des Handicapés " Amina Slaoui avec d'autres volontaires a participé au  développement  de l'association. Dans sa démarche de combat, elle présidente de L'AMH réussit en 2001 à réalisé son rêve : Le centre Noor , le premier en son genre au Maroc qui prend en charge les soins de rééducation  pour les bénéficiaires. Elles fait de grands efforts pour " favoriser l'inclusion des personnes en situation de vulnérabilité et d'handicap dans la société marocaine en créant de nouveaux services et produits à fort impact social " . 
Ainsi Takreem en récompensant en novembre dernier  Mme Amina rend hommage à la femme marocaine qui contribue d'une façon ou d'une autre à la construction d'un Maroc uni et solidaire. 
  

samedi 15 novembre 2014

Le mariage du prince Moulay Rachid est une grande joie

Le jeudi 13 novembre au palais royal de Rabat  et dans une ambiance de joie ont commencé les festivités du mariage  du prince Moulay Rachid avec Oum kaltoum Aboufares.
Nombreux sont les invités qui sont venus partager ces moments de bonheur,  du Maroc et de l'étranger; Bernadette Chirac l'anciènne dame de France, le président gabonais Ali Bongo, le premier  ministre tunisien Mehdi Jomaa qui a attiré mon attention par sa splendide tenue traditionnelle. Je manquerai pas de dire que la charmante Sheikha Mosah la femme de l'ancien émir du Qatar a été fort élégante. la princesse Kalina de Bulgarie avec son mari et les princes d'Arabie saoudite et des Emirats arabes ont répondu présents pour ce beau partage.
Avec " lahdia" au mechouar,  à la cérémonie du " héné " au passage à " lbarza " tout reflétait un mariage purement traditionnel dans les couleurs les chants les caftans les parfums...


Au facebook cet image a fait du buzz  et de nombreux commentaires et moi je dirai que les yeux dans les yeux l'amour n'a pas de statut , prince ou autre c'est un sentiment noble et que le bonheur étincelle la vie de nos heureux mariés.

mardi 4 novembre 2014

voler un baiser dans la cour du collège !



Depuis la rentrée scolaire les parents vivent dans la peur et la crainte d'entendre une mauvaise nouvelle concernant leurs enfants. La menace est omniprésente même au sein de l'école, et surtout avec une grande dimension dans l'école publique. Sortant de l'habituel,ce n'est plus un lieu uniquement  d'éducation et d'apprentissage comme auparavant; ici tout se mélange: le cours avec le bâton, les exercices avec l'humiliation, la correction avec les injures... Dehors tout prend le dessus; la récréation avec les disputes et les accrochages, les coups de poing, l'arrachement de cheveux ( ntiff ) entre filles, la mésentente et conflit entre garçons qui, dans l'absence de l'écoute et du soutien éducatif, la violence prend part et peut  aboutir à un crime. L'histoire le 20 octobre d'un élève qui a été victime d'une agression à l'arme blanche par son camarade dans la cour du lycée à Casablanca, en est une preuve concrète de l'extrême violence dans nos établissements. L'école, outre l'endroit du règlement de compte, c'est l'espace qui permet de côtoyer les jeunes filles sans le moindre soucis. Le comportement des garçons envers les filles dans la plupart du temps manque du respect. Certains garçons, au portail des établissements, il ne leur a pas suffit de lancer des mots vulgaires aux filles; ils vont plus loin en leurs lançant des morceaux de papiers usés ou des petites bouteilles d'eau et pourquoi pas des cailloux jetés à leurs têtes comme symbole de mépris et de refus. Les jeunes filles entre 11 et 13 ans ne comprennent rien en ce comportement bizarre!  le mal secoue leur innocence. Le pourquoi ne trouve pas de réponse chez une fille de 12 ans lorsque à la récréation et dans la cour, elle se penche au robinet pour boire. En relevant sa tête un visage inconnu l'a brusque et lui vole un baiser et s'enfuit dans la foule des élèves. La pauvre, perplexe et intimidée se livre à l'eau pour nettoyer cette saleté sur un visage propre et innocent. Les histoires d'harcèlement ne manque pas.Dans  la région du Gharb Chrarda Bni Hssan  et  comme partout au Maroc, une collégienne a subit un harcèlement qu'on peut qualifier de très sévère: après sa sortie de la classe, en descendant les escaliers un garçon derrière elle,  lui tire la jupe qu'elle portait, laissant voir son doux petit corps devant tous les élèves!!! quelle honte pour nous tous de ne pouvoir protéger nos enfants! je ne trouve plus les mots pour décrire le mal que je ressens en écrivant ce billet sauf de lancer un appel au ministère de l'éducation nationale pour faire de la sécurité dans l'école, l'une de ses priorité et de créer une délégation chargée de la prévention et de luttes contre les violences en milieu scolaires. Il faut aussi créer de nouveaux outils pour sensibiliser et lutter vous et moi en partageant ces histoires réelles dans l'objectif de dénoncer toutes les formes d'harcèlement et faire revivre nos valeurs humaines contre les voleurs d'innocence dans nos collèges.



samedi 6 septembre 2014

le festival de Souk-El Arbaa reste un Moussem malgré tout

Comme à l"accoutume l'été est le rendez-vous des festivals dans presque toutes les villes du Maroc. Pour une première, Souk-el arbaa a eu le privilège aussi de vivre au rythme de la musique  pendant trois jours du jeudi 29 out au samedi.
Les organisateurs ont pensé à tout; à inviter les stars de la chanson populaire, à faire venir de nombreux  cavaliers avec  leurs beaux chevaux,  à mobiliser des centaines des agents de sûreté, sauf, à bien choisir l 'emplacement de l 'évènement !!!
A l'ouverture du festival Mme le Wali Zineb El Adaoui et les responsables qui l'accompagnaient   ont  assisté  au levé du drapeau et au chant de l'hymne national  Les cavaliers avec leurs beaux habits et leurs chevaux bien décorés aux multiples couleurs faisaient éclater leur mkahal du baroud dans une ambiance de joie et admiration pour leur numéro.
Les visiteurs des alentours et des douars à coté sont venus très nombreux contempler la fantasia et cela a perturbé le trafic à la sortie de la ville sur la route de Kssar el kebir . Les voyageurs pour le passage de quelques minutes ont passé 1 heure et demi cloué dans leur voiture. Ghrbawa qui ont l 'habitude des moussem occupaient la route nationale et admiraient à leurs façon le tableau de la fantasia,  la fumée du baroud mélangé à la fumée du kafta qui se dégageaient  des tentes éparpillées.    
 Au couché du soleil, une marré de gens quittaient d'un coup la fantasia pour aller au centre de la ville occuper les premiers rang pour assister à la soirée de Tagada. Femmes, hommes, ,enfants, bébé, poussettes, tricycles, tracteurs, camions, voitures tout bouge!!! les agents de sécurité sont dépassés tout le monde crie .
Durant la soirée la musique des groupes se mélange avec les sirènes de l’ambulance et du fourguant. le plaisir d'apprécier la musique est difficile ; d'abord le podium n'est pas au bon niveau des spectateurs et l'endroit au milieu de la route principale n'est pas une bonne chose seule une partie des visiteurs peut suivre la soirée .De plus changer la destination de la route principale a causé des contraintes pour les voyageurs de passage surtout la nuit.
Les bagarres,  les coup de poing,  les bâtons, les voitures ou ce que j appelle le bar à quatre roues circulaient dans tous les sens car c'est en se livrant a leurs petites bouteilles que certains  fêtent les moussems. le festival ne connaissent pas l ordre ni le concept.
 Le choix de l'endroit est derrière  cela, sans parler du mécontentement des habitants qui voyaient l'organisation de ce festival comme une couverture d une  campagne électorale anticipée  car la ville lui manque des projets prioritaires (comme la propreté dans les quartiers, les trous qui décoraient les avenues , la plantation des arbres qui reste absente, la résolution du problème d"eau potable ...)  et non des moments couteaux  de divertissements à la voix de 3tabou, du jeune  Rrouicha ou l'humoriste Khayari qui a déçu et a dérangé  avec sa chronique les responsables de la ville des roses !!!  

lundi 18 août 2014

Cela commence à bouger à Souk El arbaa

Nombreux sont les projets qui ont vu le jour partout au Maroc à l'occasion de la fête du trône  qui marque le 15è anniversaire de l'accession  de sa majesté le Roi Mohammed 6 au trône de ses glorieux ancêtres.
La ville de Souk El arbaa, qui vivait dans l 'oubli a eu sa part cette fois dans la marche  du développement que normalement doit couvrir tout le territoire du Maroc pour gagner le grand défi du progrès.
Ainsi, dans un samedi bien chaud, la délégation officielle et à sa tête Zineb El Adaoui wali de la région du Gharb Chrarda Beni Hssen et gouverneur de la province de kénitra ont été accueilli avec enthousiasme et joie par les gharbaouis avec les youous des femmes, le chants des d9ay9ia, le rythme de lhayate et aussi le défilé des cavaliers de fantasia.
Étonnée de ce tableau de chant en plein ramadan, je découvre le secret derrière cela : la sortie des personnes est garantie. Autre chose, le wali est une fierté pour toutes les femmes qui ont laissé leur hrira pour l’accueillir comme il se doit.
Dans le cadre de la stratégie de la sûreté nationale qui vise à lutter contre la criminalité et veiller à la sécurité des citoyens, le wali a inauguré le nouveau siège de l’arrondissement de police qui est d'une superficie de 1200 m² et se distingue par son design architectural bien particulier.
Par la suite, la visite du wali a été achevée par l'inauguration de la première tranche de  l'avenue principale Mfadel charkaoui.
A l'espoir que le citoyen retrouve le réaménagement de l'ensemble de rues et de quartier de la ville, son nom d'autrefois de " ville de rose " reste un rêve pour la plupart des habitants dérangés par les multiples trous des rues dont  les sans- abris le soir occupent sans le moindre soucis.

     

mercredi 13 août 2014

Des fautes impardonnables entre nous

Bien souvent dans notre langage dialectal on est étonné d'entendre des mots intrus de la langue française au point de nous faire croire qu'ils font  partie de la langue arabe . Des mots qui se répètent entre nous  sans qu'on se pose la question du comment ni du  pourquoi .
Coté d'histoire se mêle au social; si les français sont partis du Maroc depuis des dizaines d'années, la trace de leurs langage reste comme celui  des anglais au pays de golf ou des espagnols en Amérique latine.
 Loin de l'école,  le contacte, l'échange entre les cultures, la communication surtout entre le patron français et l'ouvrier ou l'ouvrière marocaine, tout cela a contribué à la naissance de nouveaux mots entre la langue arabe et  française.
Jadis je ne comprenais pas le sens de certains mots, mais avec le temps, en faisant une comparaison entre les deux langues je découvre que le mot original a subi une transformation au niveau des terminaisons comme le fossé est devenu  en langage parlé foussi, chantier est devenu chanti. Alors qu'au début du mot le remplacement de lettre par rapport à d''autres est devenu une chose courante; la valise ne peut être que lbaliza, la veste lfista, la faute lfalta, l'automobile tomobila, le carnet lkarni, les ouvriers zouafria, les émigrés zmagria, la fourchette lfarchita, la serviette srbita, la table tabla, la télévision tilivisione, le bureau lbiro, la cuisine lkouzina, le garçon lgarssoune, sous-vétement soufitma, le tricot trico, les sandalles  sandala, la famille lfamila, le bateau lbato, le lavabo lavabo, les soutiens soutyanate, le car lcar, l'usine louzine, le rideau rido, l'appartement lbartma, la moto lmotour, la bicyclette lbigchlita, le cartable lkartable, le tablier tablia, le téléphone tilifoune, les bottes lboute...
Si je continue, la liste serait encore longue, cependant la chose que je ne tolère pas est de laisser passer ce genre de langage sur nos ondes à la radio sur plusieurs nouvelles chaines qui ont une grande audience comme ce matin j'ai entendu des horreurs de la part d'une auditrice et même de l'animatrice de chada FM; des fautes graves: formage au lieu du fromage, crème patissier au lieu de la crème patissière, crème chantier au lieu du crème chantilly!!!    
S je continue à citer les exemples la trace des français serait encore gênante pour certains mais la réalité du langage est apparente dans notre quotidien, alors pour défendre la langue arabe il faut l'utiliser par ses propres mots bien que le défi est devenu grand à l'envahissement de nouvelles technologies qui nous ont imposé un langage en pelle mêle entre  l'anglais et les chiffres comme selfie ou lhma9       

mardi 5 août 2014

Israël vole la joie de vivre aux enfants à Gaza


La politique de la terre brûlée par Israël à Gaza semble désorienter toutes les issues d'une paix tellement attendue par les uns et les autres. Car l'offensive Israélienne depuis 8 juillet  a choqué tout le monde : plus de 1800 palestiniens sont morts et des centaines de blessés. Les civiles, les enfants, les femmes sont leurs cibles . Les maisons, les arbres, les écoles et les hôpitaux ne se sont pas échappés à ce massacre aussi  .
La communauté internationale  est indignée de l'attaque aux écoles ou les enfants innocents ont prix refuge avec leur parents,  pas de pitié, ce ne sont pas  des activistes  ce sont des anges sur terre qui ont le droit d’exister tout simplement .
On continue à pleurer les soldats israéliens alors que les milliers des palestiniens on s'en moque, on dirait que le sang des musulmans n'a pas de valeur  or c'est ce sang qui arrose la terre pour donner raison à sa raison de vivre  et résister dignement.
Ce mardi un cessez -le feu  a été  accepté par israéliens  et Hamas après la médiation de américains  et des égyptiens . Le retrait total des troupes israéliennes au sol a été rétabli aussi.
Cette trêve sera - t- elle respectée? les responsables israéliens à leur tête Natanyaho   seront ils poursuivis de crime de guerre ?   les  jours suivants apporteront bien des réponses mais une chose est certaine c'est que bien que les armes se taisent  aujourd'hui,  les douleurs continuent à Gaza encore.

vendredi 1 août 2014

Le talent féminin est à l 'honneur

Comme d'habitude le féminin au Maroc se distingue par son talent d'une génération à une autre. Cette fois à l’exception tout le mérite et l'honneur a été réservé au féminin puisque à l’occasion de le fête du trône  le souverain Mohamed 6 a accordé son intention aux meilleurs des meilleurs pour celles qui ont eu les moyens les plus élevées   au  baccalauréat au royaume et même à l'étranger comme fut le cas de la remarquable Meriam Bourhil résidente en France et qui a eu 21 sur 20  au baccalauréat  . Toutes mes félicitations au talent féminin marocain .